L'anxieux

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Google
 

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 >

Déjeuné

Publié le samedi 15 janvier 2005

J'ai revue Isabelle, vendredi. Moment de dialogue. Pas de temps pour plus, hélas...

Le besoin d'être physiquement proche d'elle, de la toucher, de sentir la douceur de sa peau sous mes doigts, son parfum, entendre son rire...
Evoquer avec elle notre-vie-loin-l'un-de-l'autre.
Avouer son besoin d'être ensemble pour équilibrer sa vie. Troublé, paralysé, bouche-bée .... mais l'impression d'exister pour elle.

Isabelle,
Il est émouvant de constater que c'est au moment de ces "retrouvailles" que je mesure à quel point tu peux me manquer, mon ange ...

Un unique souhait et je disparais...

Publié le jeudi 13 janvier 2005

Des lêvres humides
Un souffle court
Une voix grave
Des murmures chuchotés
Je veux juste un baiser.... Bouche bée...

Cauchemar

Publié le jeudi 13 janvier 2005

4h35: Réveil en sursaut.

Cauchemar: Ma Direction Générale m'avait imposé de recruter mon ancien responsable dans mon service ... Et je ne me parvenais pas à le manager.

Bien-sûr, impossible de se rendormir jusqu'à l'heure de France-Info.

Je suis en cours de recrutement d'un collaborateur et cela me perturbe sans doute.

Les soldes

Publié le mercredi 12 janvier 2005

A nouveau quelques mots sur ce blog. Le travail ne m'a pas laisser beaucoup de temps pour cela et le peu de temps libre, je l'ai passé à dormir. Quelques jours de séreinité, c'est rare. Et ce soir, Isabelle m'a donné ma liberté. Alors, je gambade sur Internet, je vais faire mes courses sur Alapage.

Devinette: Saviez, Mesdames, que les mots SOLDES sont du masculin pluriel?

J'ai lu

Publié le dimanche 2 janvier 2005

Plateforme
Michel Houellebecq
Chapitre 15
"Si donc l'amour ne peut dominer, comment l'esprit régnerait-il?..." Auguste Comte
La page est cornée.

Isabelle a terminé la lecture de ce livre à cet endroit. Plus intéressée.
Moi-même j'en aurais fait autant si des passages ne m'avaient tenus "en halène" jusqu'à la fin !

En résumé: Roman sans histoire passionnante, rempli de clichés et de lenteurs.

Résolutions

Publié le dimanche 2 janvier 2005

Pour la nouvelle année,

- Ouvrir mon coeur et laisser Isabelle en sortir ou y renter encore davantage, à sa guise

- Penser positif, vivre positif, parler positif

- Nager, nager, nager encore davantage pour noyer mes idées noires

- Ouvrir les yeux vers les opportunités professionnelles et envoyer mon CV tout neuf

- Inventer une vie avec moins de boulot

Je m'arrête là ...

Et une pensée attristée ...

Publié le samedi 1 janvier 2005

Bonne année 2005

Publié le samedi 1 janvier 2005

Emprunté à Elle

Je résisterai

Publié le jeudi 30 décembre 2004

Je n'appellerai pas Isabelle pendant son absence. Je résisterai.....
Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas. Je ne l'appellerai pas....

Un week-end en famille

Publié le mardi 28 décembre 2004

Noël est la fête qui justifie le déplacement à travers la France pour rendre visite à ses parents. Pour moi, cela représente une contrainte. Le déplacement n’y est pour rien, mais revoir ma mère est vraiment difficile. Depuis des années (depuis l’age de 15 ans environ, je pense), je fais tout ce qu’il faut pour rompre tout contact. La décence et mes enfants sont la raison de ces exceptions. Alors, pour permettre à mes enfants de voir leur grand parents, je participe aux grandes transhumances de l’hivers.

Je ne suis pas fier de mon comportement. Mon épouse fait le nécessaire pour contribuer à ma mauvaise conscience. Je dirais que c’est presque instinctif. Je ne parviens pas à trouver l’origine de cette césure. A partir de l’age de 15 ans, progressivement :
- J’ai cessé de parler durant des mois entiers
- J’ai fugué
- Je me suis inventé des vies
- J’ai fumé
- J’ai occupé chaque seconde de ma vie jusqu’à épuisement
- J'ai cessé de m'alimenter parfois
- Je suis incapable de fabriquer une vie comme tout le monde

Je ne peux pas croire que seule une crise d’adolescence soit à l’origine de cet esprit familial si peu développé. Je cherche dans tous les coins de ma mémoire, des raisons, un indice, rien à faire, je ne trouve pas.

Joyeux Noël

Publié le samedi 25 décembre 2004

Lettre à Isabelle

Publié le jeudi 23 décembre 2004

Isabelle,

J'ai attendu près d'un an pour t'envoyer ce poème (Tu comprendras en lisant la fin de ce poème, que je ne pouvais pas te l'envoyer pour la fête des mères ...!). J'ai attendu un an patiemment car je savais alors que je t'aimerais encore maintenant, aujourd'hui. Je n'avais pas eu tort. Je ne me doutais pas que ce serait si fort, si profond, si sincère, si ancré dans ma vie. Même à travers quelques tumultes dans l'année, quelques incompréhensions, quelques pressions de ma part, quelques oublies de vérité de ta part, nous avons traversé cette année avec une complicité d'adultes.Et si je t'ai fait pleurer, pardon.

Voilà 4 ans que je t'ai avoué mon amour, que nous partageons de la tendre attention tous les jours, que notre vie dépend un peu de celle de l'autre.

Ma vie serait bien triste sans toi, mais je ne veux penser qu'au présent, à cette joie quand je pense à toi, à ce bonheur de te revoir après une absence. Tu es merveilleuse.

Ce poème n'est pas de moi mais s'il te plait, prends le temps de le lire vers après vers, tu verras comme il nous ressemble.

Je t'aime de tout mon coeur, Isabelle.

JF




Tu es trop loin

Si loin de ton regard et si loin de tes mains,
C'est par ces mots d'amour que mon coeur se souvient.
Le jour comme la nuit, le jour et dans mes rêves
Je revois ton visage et ta beauté m'élève.

Ayant de la fortune un amas d'infortune
Je n'ai comme cadeaux que des mots de la Lune.
Ces mots sont mon amour, ces mots sont de mon coeur,
Ils sont à ton image : une beauté de fleurs.

Je sais ton âme est loin, je sais ton coeur sans moi
Et pourtant de ces mots je décris mon émoi
C'est peut-être un peu tôt, c'est peut-être un peu tard
Mais quand l'amour est là il n'est jamais trop tard

Ces mots sont mon cadeau afin que ce Noël
Soit aussi beau pour toi que pour moi tu es belle.
Je ne dis pas adieu, l'amour n'a pas de temps
Mais je dis que je t'aime à travers tous les temps.

Pierre AVRON

La revoilà

Publié le mercredi 22 décembre 2004

Je suis allé cherché mon Isabelle au train, ce soir.

Content qu'elle est pensée à moi pour lui rendre ce service. J'éprouve beaucoup de choses pour elle.
Et pourtant, mes SMS se font plus rares, à l'occasion de Noël, je n'ai pas trouvé d'inspiration pour un cadeau, je suis devenu très sage, elle m'appelle "son chef".

La raison l'a emporté, tristement conforme au monde dans lequelle nous vivons aujourd'hui: Pas le droit de fumer, de boire, de manger, ..... d'aimer sans avoir mauvaise conscience.

J'avais imaginé un autre monde ...

Bonne mine

Publié le mardi 21 décembre 2004

Pour la première fois, aujourd'hui, un collègue me dit que j'ai bonne mine, rien a voir avec l'an passé... Ca fait plaisir d'entendre cela...

Crises d'angoisse

Publié le dimanche 19 décembre 2004

Depuis deux semaines, je sens que progressivement la tension remonte. Les crises d'angoisse ne sont pas loin:

- Noël et ses cadeaux à choisir avec goût: un engagement de soi à mon autrui Isabelle que j'aime toujours autant.

- Les budgets de mes sociétés à redéfinir: une organisation nouvelle reposant sur mes expériences.

- Le poids du quotidien: servir à quoi, servir à qui?

- Les fausses réponses à mes vrai questions: workaloique, mot découvert sur France-Info qui m'a fortement troublé.

J'en parlerai à ma prochaine séance de psychanalyse. Peut-être retourner faire une séance d'acupunture aussi. Pas de solutions miracles. Le travail sur soi ne fait que commencer ...


Parse error: syntax error, unexpected T_DNUMBER, expecting ')' in /mnt/104/sda/4/f/anxieux/dotclear/ecrire/tools/bbclone/var/access.php on line 1881