L'anxieux

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Google
 

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 >

Elle me manque

Publié le mardi 5 juillet 2005

Elle me manque terriblement. J'ai une barre au ventre. Pas de nouvelles, elle m'ignore complètement. J'ai même le sentiment d'avoir fait une bétise, une grosse erreur vis-à-vis d'elle pour mériter ce comportement.

J'essaie de me mettre à sa place, de comprendre. J'imagine sa vie, une vie dont je ne fais pas partie. J'en ai fait un cauchemar la nuit précédente.

Je voudrais une explication. La vérité dite est souvent moins dure que sa vérité imaginée.

Je vais bien

Publié le samedi 2 juillet 2005

Dans ce blog, je fais souvent état de mon pessimisme qui me même à l'anxiété permanente. Et bien, aujourd'hui je prends mon clavier pour écrire que je vais bien. Je me sens bien. Serein. J'ai un sourire accroché au visage depuis plusieurs jours. Je me sens léger.

La reprise d’entreprise y est pour beaucoup. J’ai réalisé un rêve, j’ai fabriqué une porte de sortie du monde salarial. Je n’ai plus les deux pieds dans le même sabot. Un grand sentiment de liberté. Premier mois d’activité : Résultat déficitaire pour cause d’activité trop moyenne. Les deux mois qui suivent vont être du même genre. Le développement commercial doit être efficace en septembre. J’espère. Equilibre prévu à fin décembre 2005.

Quant-à Isabelle, son absence–maladie a permis de nous connaître sous un autre angle. J’ai cherché à la soutenir. A travers ses propos parfois durs, je crois y voir enfin une certaine franchise à mon égard. Je me sens mieux ainsi.

J’ai retrouvé le sourire, un certain optimisme. J’écoute la musique très fort. Je prends des risques. Chez moi, le soir, je vis tout nu. J’assume les imperfections en tous genres. Je me sens bien avec la surdose épuisante de travail.

Et aujourd’hui, Mademoiselle Lola m’a écrit. Ouais, je me sens très bien.

Je n'attends pas de toi - Axel Bauer & Zazie

Publié le vendredi 1 juillet 2005

Serait-elle à ma place plus forte qu'un homme
au bout de ces impasses ou elle m'abandonne
Vivre l'enfer mourir au combat
faut-il pour lui plaire aller jusque là
Se peut-il que j'y parvienne
Se peut-il qu'on nous pardonne
Se peut-il qu'on nous aime
pour ce que nous sommes

Se met-il à ma place quelques fois
quand mes ailes se froissent
et mes îles se noient
Je plie sous le poids
plie sous le poids
de cette moitié de femme
qu'il veut que je sois
Je veux bien faire la belle, mais pas dormir au bois
Je veux bien être reine, mais pas l'ombre du roi
Faut-il que je cède
Faut il que je saigne
pour qu'il m'aime aussi
pour ce que je suis

Pourrait-il faire en sorte
Ferait-elle pour moi
ouvrir un peu la porte
ne serait ce qu'un pas
Pourrait il faire encore
encore un effort
un geste un pas
un pas vers moi...

Je n'attends pas de toi que tu sois amène
Je n'attends pas de toi que tu me comprennes,
Seulement que tu m'aimes pour ce que je suis

Se met-elle à ma place quelques fois
Que faut-il que je fasse pour qu'elle me voit
Vivre l'enfer mourir au combat,
veux-tu faire de moi ce que je ne suis pas
Je veux bien tenter l'effort de regarder en face
mais le silence est mort et le tien me glace
Mon âme sour cherche l'erreur
Plus mon sang se vide et plus tu as peur

Faut-il que je t'apprenne
je ne demande rien
les eaux troubles ou je traîne
ou tu vas d'où tu viens
Faut-il vraiment que tu saches
tout ce que tu caches
tout au fond de moi
au fond de toi

Je n'attends pas de toi que tu sois amène
Je n'attends pas de toi que tu me comprennes,
Mais seulement que tu m'aimes
seulement que tu m'aimes
pour ce que je suis

Quand je doute
Quand je tombe
Et quand la route est trop longue
Quand parfois je ne suis pas
ce que tu attends de moi
Que veux-tu qu'on y fasse
Qu'aurais-tu fais à ma place ?

Et pourtant

Publié le jeudi 30 juin 2005

Psychologie à 2 sous

Publié le jeudi 30 juin 2005


Imaginez-vous à la terrasse d’un café, en compagnie de votre conjoint. Vous bavardez tranquillement en sirotant un verre quand soudain, en observant les passants, vous tombez sur une personne qui vous hypnotise. Et là, l’idée vous traverse l’esprit, furtive mais saisissante : et si vous aviez une aventure avec cette personne ? Si vous trompiez votre partenaire ?

Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’infidélité n’est pas le fruit d’un pur hasard. Elle répond à un désir, souvent inconscient, de changer l’ordre des choses, de se réassurer sur son pouvoir de séduction, ou encore, de provoquer les tabous.

Chacun aura donc des motivations différentes pour se lancer dans une aventure extraconjugale. Vous découvrirez les vôtres en faisant ce test. Il vous permettra de comprendre ce que vous attendez d’une relation amoureuse. Il vous révèlera également les fantasmes que vous cultivez inconsciemment au sujet de l’amant(e) idéal(e).

La suite du test (payant)

Désillusion

Publié le mercredi 29 juin 2005

Tout s'en va en fumée

Comprends pas

Publié le vendredi 24 juin 2005

Je voudrais tant savoir ce qu'elle souhaite de moi. Je lui ai envoyé ce sms: "J'aimerais être comme tu souhaiterais que je sois pour toi. Aides-moi STP. Je t'embrasse très fort". Bien-sûr, elle ne m'a pas répondu. Prise de tête.

On se connait bien, on se comprend.
Dès que nous parlons de nous, j'ai toujours l'impression d'en faire de trop, de lui faire peur et elle a l'impression que j'en veux toujours plus. Si elle savait que ce que je recherche surtout son attention.

Son attention, c'est ma motivation. Je travaille dur, j'ai repris une entreprise, je lui offre tout ce que je trouve joli, je me montre créatif uniquement pour avoir un sourire d'elle.

Alors, j'ai aussi écris ce sms: "J'suis collant, hien? C'est plus fort que moi. Je suis fou de toi.Chaque moment avec toi est génial. Merci. Je suis très heureux que tu ailles mieux. Je t'embrasse tendrement."

Le calme plat - Garou (Seul)

Publié le vendredi 24 juin 2005

J'ai bien encore l'âge
Pour tous les naufrages
Je m'embarque, toujours prêt
Pour n'importe quel voyage
Je peux faire des vagues et tout remuer
Ne pas nous laisser reposer en paix
Je rêve d'orages et de tourmentes
Je crève de rage et d'amours lentes
Je veux échapper au calme plat
Laisse-moi juste m'abîmer avec toi
Avec toi

J'vis de ressac
En déferlantes
J'aime même les lacs
Leur valses chiantes
Je n'aime que le va-et-vient
Et la lumière du matin
Qui se glisse sur ton corps échoué près du mien
Je rêve d'abysses et de lames de fond
Je crève le lisse des lignes d'horizon
Je veux échapper au calme plat
Laisse-moi juste m'abîmer avec toi
Avec toi

Chercher nos sables mouvants, émouvants
Avec toi

Des marées, le mouvement
Avec toi

Sentir l'ivresse
De nos profondeurs
Se laisser couler
Ne plus remonter
Pour offrir aux corps-morts
Des ballets nautiques
Tout un remue-ménage aquatique
Et s'enfoncer encore, encore
Je rêve d'orages et de tourmentes
Je crève de rage et d'amours lentes
Je veux échapper au calme plat
Laisse-moi juste m'abîmer avec toi
Avec toi

Chercher nos sables mouvants, émouvants
Avec toi

Des marées, le mouvement
Avec toi

Je voudrais l'étrange caresse
Que prodigue la peur
Sentir l'ivresse
De nos profondeurs
Avec toi

Je voudrais l'étrange caresse
Que prodigue la peur
Sentir l'ivresse
De nos profondeurs
Avec toi

LOVE

Publié le jeudi 23 juin 2005

Nous nous sommes serrés l'un contre l'autre malgré la moiteur de nos peaux.
Je l'ai couvert de bisous dans le cou.
Les mots sont sortis dans le désordre.
Elle s'est lovée contre moi.

La peur

Publié le mardi 21 juin 2005

mardi 21 juin 2005, 3h54

Les zones de la peur et du stress désactivées dans le cerveau féminin pendant l'orgasme (étude scientifique)

COPENHAGUE (AP) - Les zones du cerveau qui contrôlent la peur et le stress sont désactivées quand une femme a un orgasme, révèle une nouvelle étude néerlandaise qui a dressé la carte des activités cérébrales pendant les relations sexuelles.

Au moment de l'orgasme, le cerveau féminin "éteint" aussi la zone du cerveau qui contrôle les émotions, révèle l'étude mais en cas de simulation, ces observations ne se retrouvent plus.

Cette dernière découverte "révèle que l'un des principes de base du vrai orgasme est le relâchement. Les femmes peuvent assez bien simuler l'orgasme, comme nous le savons, mais rien ne se passe alors dans le cerveau", a expliqué Gert Holstege, neuroscientifique, en présentant ses découvertes lundi lors de la réunion annuelle de la société européenne de reproduction humaine et embryologie.

Holstege et ses collègues de l'université de Groningen ont utilisé pour cette étude 11 hommes et 13 femmes qui ont subi plusieurs expériences allongés à l'intérieur d'un scanner. Les chercheurs ont notamment étudié l'activité du cerveau des hommes au repos, pendant l'érection, la masturbation et l'éjaculation.

Pour les femmes, des données ont été recueillies au repos, pendant un orgasme simulé puis réel et pendant la stimulation du clitoris.

Les résultats sont moins fiables pour les hommes, a expliqué Gert Holstege, car il faut que les activités enregistrées durent au minimum deux minutes, bien au-delà de la durée des orgasmes masculins. Seule conclusion probante: les centres de récompense du cerveau sont activées pendant le sexe chez les hommes, et pas chez les femmes.

Chez ces dernières, la désactivation des zones qui contrôlent la peur et le stress "pourrait être la condition sine qua non pour connaître un orgasme", selon Gert Holstege. AP

La soutenir

Publié le lundi 20 juin 2005

Clochard

Publié le samedi 18 juin 2005

De passage dans une grande ville, en rentrant à pied du restaurant, tard, j'ai vu un clochard dormir dans le recoin d'un immeuble. Il faisait encore bon, il était couvert d'une vieille couverture. Il était agé, avec une courte barbe blanche. Il dormait comme un bébé sur le dos. Son sommeil semblait profond et serein.

Je l'ai regardé quelques secondes, avec un drôle de sentiment, mélange de pitié, de curiosité, mais aussi de tendresse. Souvenir de ma période de RMI aussi qui me hante encore.

Je suis allé rejoindre mon Mercure où le lit d'a coté était inoccupé.

Panne de sourire

Publié le vendredi 17 juin 2005

Bouh, quelle vie. Après quelques jours de tristesse intense, Isabelle me confie que ses analyses de sang sont très mauvaises et nécessite une hospitalisation pour examens complémentaires. C'est son corps qui craque. Et son moral s'effondre. Ce n'est pas forcement grave, mais j'ai surtout vu dans ses yeux qu'elle était à bout, à bout de cette vie imposée. La goutte qui fait débordée le vase.

Et ces médecins IMMR (Incompétence Médicale du Monde Rural) sont incapables de voir une dépression d'une grippe. Trop habitués de voir des personnes agées dans leur salle d'attente qui viennent chercher de la compagnie, ils n'ont plus aucune expérience médicale.

Comment l'aider? La laisser tranquille, ne pas lui faire peser mon amour illégitime, l'entourer au risque de la géner. Je lui ai proposé mon soutien mais aura t'elle confiance?

Tristesse

Publié le mercredi 15 juin 2005

Elle est triste
Elle a peur
Elle ne dit rien
Elle fuie

Sacrée expérience

Publié le dimanche 12 juin 2005

Sacrée expérience d'être au centre de 8 personnes ayant échappée de peu au chomage. J'ai organisé un repas avec ces personnes que j'ai pu reprendre dans ma petite entreprise.

Sacrée expérience de sentir leur soutien dans ce projet de reprise d'entreprise en difficulté. Une salariée m'a remercié et promis de faire son possible pour la rentabilité de cette activité.

Sacrée expérience de les écouter avoir pleins d'idées pour la réussite et le développement de leur métier.

Quatre heures de repas animé, dans une excellente ambiance. C'est une sacrée expérience humaine.


Parse error: syntax error, unexpected T_DNUMBER, expecting ')' in /mnt/104/sda/4/f/anxieux/dotclear/ecrire/tools/bbclone/var/access.php on line 1881