L'anxieux

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Google
 

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 >

Exit only

Publié le jeudi 11 août 2005

"Désolé, je ne peux rien faire pour toi", non plus ...

Je suis perdu.

Mon ange

Publié le jeudi 11 août 2005

Je t'aime passionnément, mon amour

Faire le tour du monde main dans la main

Publié le mercredi 10 août 2005

Bilan

Publié le mardi 9 août 2005

Alors, après ces quelques jours de véritables congés loin de tout, qu'en est-il vraiment? Ai-je fais le break attendu? Je ne le saurai que bien plus tard.

Loin des yeux mais Isabelle a sans cesse été présente dans mon coeur: A chaque instant, j'imaginais son emploi du temps, les rencontres qu'elle devait faire. Je lui souhaitais silencieusement bon appétit aux heures habituelles de repas. Je suis toujours complètement accro d'elle.

Complètement incompréhensible, c'est la véritable de trouille au ventre pour l'appeler au téléphone ou aller la voir. Je ne comprends pas, je suis si heureux d'avoir de ses nouvelles ou d'être près d'elle. La crainte de me confronter encore à la réalité du gouffre entre nos sentiments l'un pour l'autre, peut-être. Ou la crainte de faire un faux-mouvement dans ce château de cartes que je tente de bâtir avec elle.

Je n'ai pas peur des américains
Ni des cons ni des politiciens
Mais j'ai peur de t'attraper la main
Et que tu m'esquives encore
Je ne sais pas si cet amour est fort
Ou si il ressemble à la chasse au trésor
Si t'en veux pas sache que je le déplore
Et que je m'excuse encore

Je n'ai pas peur de la mort
Mais que tu m'évites encore
Je te préviens matador
Qu'un jour je t'aurais alors

On a vu des taureaux aimer des taureros

Je n'ai pas peur des ordinateurs
Ni des virus exterminateurs
J'ai défoncer tellement de gladiateurs
Qu'ils ont disparu alors

J'aimerais bien t'emmener sur le port
Te refaire le coup du conquistador
J'ai peur que tu joues les taureadors
Et que tu m'esquives encore

Je n'ai pas peur de la mort
Mais que tu m'évites encore
Je te préviens matador
Qu'un jour je t'aurais alors

Mickey 3D

Résultat, je n'ai donné aucune nouvelle, prétextant le recul, persuadé que mes mini-messages spammick ne faisaient surtout plaisir qu'à moi. Résultat aussi, une grande sensation d'inutilité. J'ai le rôle de l'acteur qui aime tellement fort sa spectatrice qu'il en oublie qu'elle souhaite être seulement spectatrice.

Recul

Publié le samedi 30 juillet 2005

Loin de tout ce que j'aime pendant quelques jours.

Peut-être que je parviendrais à prendre du recul. Qui sait?

Elles ont les chapeaux ronds, vive les ...

Equilibriste

Publié le vendredi 29 juillet 2005

 J'aurais aimé être son homme
Et puis seulement son amant
Peut-être même son meilleur ami
Un ami
Un copain
Une connaissance
Un vague souvenir

Mais qui suis-je encore pour Isabelle?

Je suis perdu, sans cesse à lui poser des questions sans réponses, comme pour trouver dans son silence une lumière.

Ce silence, c'est un brouillard où je me perds, où elle cache ses vies discrètes, où elle me dissimule ses envies.

Ce silence, je voudrais qu'il cesse, je ne veux plus l'entendre.

Les projets, les idées, les espoirs sont des rêves impossibles à réaliser mais j'ai l'impression d'exister en brisant ce silence.

Elle ne doit rien mais je l'aime.

Politique

Publié le mardi 26 juillet 2005

Mes vacances, c'est aussi des rendez-vous avec la politique professionnelle. Exercice de style où je me découvre des talents de persuasion, alliant politique générale et sectorielle pour accompagner mon argumentaire (je me marre).
Aujourd'hui, ce que j'ai retenu de la jeune et jolie coordinatrice, c'est son .... très joli décolleté. Jeu de dupe et de séduction où le premier qui craque a perdu ... sa réputation. J'ai tenu. :-)

Entre nous, je préfère celui d'Isabelle.

Désolé, je n'ai pas trouvé d'images de décolletés pour illustrer ce post ...

J'y pense

Publié le mardi 26 juillet 2005

J'y pense,

Mes sentiments, mes mots doux te touchent-ils?
Ce vent glacial dans tes oreilles
Où le silence suffit à les faire taire.

Mes sentiments, mes mots doux te touchent-ils?
Ces inconfortables mains et lèvres sur toi
Où l'absence suffit à les effacer

J'y pense en attendant ta lassitude de mes maux

Anniversaire

Publié le lundi 25 juillet 2005

Et ... une année de plus.

Je pensais qu'avec l'age, la raison et la sereinité l'emporteraient. Heureusement, c'est faux.

La belle histoire

Publié le vendredi 22 juillet 2005

Oui, c'est une belle histoire, notre histoire ...

Dernier jour

Publié le jeudi 21 juillet 2005

Dernier jour de boulot avant les "vacances" ... Préparation psychologique avant tout. Je vais encore mettre une semaine de désintoxication (blues, mal de tête, insomnies, triste, ...). Une semaine pour commencer à émerger. Et une semaine pour stresser à appréhender le travail qui doit s'entasser sur le bureau. C'est le rythme de mes étés.

Cette année, c'est un peu différent:
- Je vais prendre du temps dans l'entreprise que j'ai repris.
- Mon Isabelle a fait du ménage dans sa vie, depuis son problème de santé. Elle a fait preuve de beaucoup de courage. Le seul hic, c'est que je n'en fais plus partie. Pour se consacrer à son conjoint. Ca fait bizarre. Au début, j'accepte, philosophe. Comme la vie fait qu'on se voit tous les jours, c'est une torture. Je cherche des explications. Je les trouve. Mais je cherche encore, des fois que j'en trouve une pour la faire revenir sur sa décision.

En tout cas, je la remercie pour sa franchise. Rien que pour cela, j'essaie d'être à la hauteur.

Les vacances ...

Publié le lundi 18 juillet 2005

Un très joli blog aux si belles photos et aux textes plein de sensibilité féminine avec en prime les accents du Sud-Ouest (Salut voisine ;).

J'adore.

Jamais Fidèle - Lynda Lemay

Publié le samedi 9 juillet 2005

Je serai jamais fidèle aux hommes que j'aime
J'me ferai jamais belle pour un seul et même
J'ai le regard trop large pour pas voir ailleurs
J'aurai toujours le coeur séparé en plusieurs

J'aurai jamais trop peur et jamais trop de peine
L'amour qui me surprend jamais ne m'enchaîne
J'me prends toujours le coeur au charme de quelqu'un
Suffit d'un nouveau look ou d'un nouveau parfum

À la minute ultime où je me dégoûterais
Danse le plus sublime sourire discret
Sur un visage d'ange apparu par hasard
Et fallait qu'il me passe en dessous du regard

Je promets de mes yeux c'que j'ai déjà promis
C'que j'ai déjà donné et mille fois repris
C'est pas que j'aime pas, c'est que j'aime souvent
C'est que j'aime, chaque fois pas très longtemps

Je serai jamais fidèle aux hommes que j'aime
J'me ferai jamais belle pour un seul et même
J'ai le regard trop large pour pas voir ailleurs
J'aurai toujours le coeur séparé en plusieurs

Faudrait jamais me croire lorsque mes yeux brillent
Si vous saviez la salive que je gaspille
À raconter, si fort que ma flamme vacille
Mes rêves d'une géante et solide famille

Lorsque j'm'arrête un peu pour me faire la morale
Y'a ce dieu au physique d'un jouer de football
Qui s'élance, avec grâce, dans mon champ de vision
La formule est magique, je me change en ballon

C'est toujours un peu plus fort que ma volonté
Que mes résolutions, que mon moi tout entier
Il pourrait bien me plaire sans que je le provoque
Mais ça m'met en colère quand c'est pas réciproque

Je serai jamais fidèle aux hommes que j'aime!...

C'est pas que j'm'en vante, c'est que je m'en confesse
J'ai à coeur votre estime et je sais que j'y baisse
J'voulais pas y arriver, mais c'est ma conclusion
Je serai jamais bonne à aimer pour de bon.

Exceptionnelle

Publié le samedi 9 juillet 2005

Il n'y a pas de femme au monde qui puisse résister aux soins assidus et à toutes les attentions d'un homme qui veut la rendre amoureuse.

Giovanni Casanova

Si une, je l'ai rencontré ...

Envies

Publié le jeudi 7 juillet 2005

Je me souviens lui avoir écris ce SMS: J'ai vu de magnifiques fleurs qui m'ont demandé ton regard. Elles m'ont proposé de mélanger leur parfum au tien. Les torrents voulaient carresser ta délicieuse peau. Les grands paysages t'ont appelé. J'ai rêvé que nous étions ensembles dans nos montagnes.

Elle ne me dit rien. Son regard me dit tout: Elle a plein d'envies, des envies d'interdits, de liberté qu'elle camoufle derrière une grande lassitude.

J'ai trop d'attaches, je suis trop attaché à elle. Elle a lavé toutes nos idées, elle m'a oté d'elle.