L'anxieux

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Google
 

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 >

Puiser dans le passé pour connaitre l'avenir

Publié le mercredi 28 décembre 2005

Sans être Monsieur Soleil, il est évident que 2006 subira les conséquences des engagements pris sur 2005. Il faut bien payé pour ce qu’on a fait, principe judéo-chrétien de mon éducation de base…

Cette année, encore pour quelques jours, a été la fuite en avant. Comme pour échapper à l’angoisse généralisée des deux années précédentes, comme pour rattraper le temps perdu. Une année de souffle sur moi-même qui m’a porté vers des sentiments nouveaux. Une année de persévérance avec de lourds projets, sans savoir encore aujourd’hui s’ils sont à court ou moyen terme.

Rétrospective en images :
- Une reprise d’entreprise en difficulté, un vecteur de confiance en soi nécessaire pour atteindre cet objectif de vie un peu fou. La vision de l’avenir est différente dorénavant. Je suis responsable de mes actes.
- Des projets au sein de mon Groupe (mon employeur principal), l’engageant vers une autre vision de sa structure, envers et contre le désintérêt des financiers, les doutes des collaborateurs, les critiques d’inutilité de mon service. Le sentiment d’être un peu seul mais têtu d’avoir raison. Aurais-je la possibilité de voir l’entier résultat ?
- Une prise de conscience du soi, de l’hygiène de vie dans l’anxiété qui me caractérise : Dormir, manger, être entouré, cela semble simple mais, je n’ai pas trouvé mieux. Et pourtant, j’en ai fait des tests ! Une prise de conscience de mon anxiété sur mon entourage, aussi. Dramatique. L’anticipation à outrance, déformation de la réalité, panique injustifiée, perte de confiance en soi, silence pesant, …

J’ai cherché à être différent aux yeux de tous. Calme, timide, réservé, j’ai espéré faire comprendre le bouillonnement permanent qui me compose. J’ai cherché un échappatoire. En vain. Les regards des autres dans lesquels je me juge, n’ont pas changé. Alors, je m’assume mal.

Je ne regrette rien.

Falling

Publié le dimanche 25 décembre 2005

Falling (Jamiroquai de l'album Synkronized traduit par http://fees-perdues.hautetfort.com/)

Parfois, le matin,
Lorsque je me réveille,
Je verse une larme.
J’ai l’espoir que,
Lorsque que la nuit revient,
Tu ouvres la porte et tu réapparais.

Je peux promettre de partager
Tous les rêves que j’oserai
Tu fais battre mon cœur lorsque tu es près de moi,
Bien que je pense que tu n’en as rien à faire…
Dois je attendre ton amour ?
Ou suis je en train d’attendre en vain ?
Que quelqu’un me vienne en aide car je retombe
Eperdument amoureux…

Toi… toi…
Tu es la seule, pour ton amour je pense que je ferai n’importe quoi
Hey, toi, toi , toi, toi
Tu es la seule, pour ton amour je pense que je ferai n’importe quoi

Tu me manques…
J’ai envie de t’embrasser…
Tes cheveux ont le doux parfum des roses,
Regarde parfois,
Lorsque je suis tout seul
Je te sens encore derrière moi
Alors que tu n’y es pas…

Je peux promettre de partager
Tous les rêves que j’oserai
Tu fais battre mon cœur lorsque tu es près de moi,
Bien que je pense que tu n’en as rien à faire…
Dois je attendre ton amour ?
Ou suis je en train d’attendre en vain ?
Que quelqu’un me vienne en aide car je retombe
Eperdument amoureux…

Toi… Toi
Tu es la seule, pour ton amour je pense que je ferai n’importe quoi
Hey, toi, toi , toi, toi
Tu es la seule, pour ton amour je pense que je ferai n’importe quoi

Toi… Toi
Tu es la seule, pour ton amour je pense que je ferai n’importe quoi
Tu sais, hey, toi… Toi tu es celle, pour qui je ferai n’importe quoi par amour
Tu es la seule, pour ton amour je pense que je ferai n’importe quoi

Je peux promettre de partager
Tous les rêves que j’oserai
Tu fais battre mon cœur lorsque tu es près de moi,
Bien que je pense que tu n’en as rien à faire…
Dois je attendre ton amour ?
Ou suis je en train d’attendre en vain ?
Que quelqu’un me vienne en aide car je retombe
Eperdument amoureux…

Au secours, Oh peux tu m’aider ?
Je crois que je tombe amoureux
Je crois que je tombe…

Merde et merde

Publié le vendredi 23 décembre 2005

Merci

Publié le jeudi 22 décembre 2005

Avec mes sens, avec mon coeur ...
(Émile VERHAEREN (1855-1916))

Avec mes sens, avec mon coeur et mon cerveau,
Avec mon être entier tendu comme un flambeau
Vers ta bonté et vers ta charité
Sans cesse inassouvies,
Je t'aime et te louange et je te remercie
D'être venue, un jour, si simplement,
Par les chemins du dévouement,
Prendre, en tes mains bienfaisantes, ma vie.

Depuis ce jour,
Je sais, oh ! quel amour
Candide et clair ainsi que la rosée
Tombe de toi sur mon âme tranquillisée.

Je me sens tien, par tous les liens brûlants
Qui rattachent à leur brasier les flammes ;
Toute ma chair, toute mon âme
Monte vers toi, d'un inlassable élan ;
Je ne cesse de longuement me souvenir
De ta ferveur profonde et de ton charme,
Si bien que, tout à coup, je sens mes yeux s'emplir,
Délicieusement, d'inoubliables larmes.

Et je m'en viens vers toi, heureux et recueilli,
Avec le désir fier d'être à jamais celui
Qui t'est et te sera la plus sûre des joies.
Toute notre tendresse autour de nous flamboie ;
Tout écho de mon être à ton appel répond ;
L'heure est unique et d'extase solennisée
Et mes doigts sont tremblants, rien qu'à frôler ton front,
Comme s'ils y touchaient l'aile de tes pensées.

L'océan

Publié le mercredi 21 décembre 2005

La marée l'a t'il effacer sur le sable?

Passion

Publié le lundi 19 décembre 2005

J'éprouve une véritable passion pour Isabelle. Malgré ces années, je n'ai toujours pas tous les mots pour m'exprimer. Alors, en voici quelqu'uns en vrac ... comme dans ma tête:

Elle est douceur, force et sourires. Elle a ce regard, cette tendresse sur la vie. Elle connaît la valeur des choses simples. Elle sait la valeur du temps sur les sentiments.

Elle est un grand vide quand elle est loin. Elle me manque.

Je lui dis: "Allons ensemble, où il nous plaît". Elle ne se doute pas que je suis capable de quitter mon confort pour elle.

Insensible

Publié le lundi 12 décembre 2005

Je n'ai pas trop le goût d'écrire en ce moment. A personne. Une longue période de vide relationnel. Je préfère aussi garder le silence, le plus souvent. Je garde mes anxiétés sans savoir les exprimer. C'est le bon coté des choses...

C'est une période d'insensibilité. J'ai l'impression que tout ce qui m'arrive glisse sur mon moral sans l'atteindre, ni en bien, ni en mal.

Une tonne de fatalisme. Je réalise sans doute mon incapacité à modifier le sens de mon histoire. Je suis bien conscient qu'un jour ou l'autre, j'aurais à reprendre des décisions mais j'ai réussi à me convaincre de ne pas anticiper les évènements.

Je retourne dans mon mutisme.

Définition

Publié le dimanche 20 novembre 2005

D'après le dictionnaire:

Soirée d'un jeudi

Publié le samedi 19 novembre 2005

J'ai passé une soirée merveilleuse avec Isabelle.

Je n'avais d'yeux que pour elle. Elle était superbe, sereine. Elle vivait devant moi, avec moi. Non, ce n'était pas un rêve. Je me suis pincé. Nous avons ris, nous nous sommes souris, regardés au fond des yeux.

Pour ne pas briser ce moment féerique, aucun "je t'aime", pas de main sur la sienne, pas de bras autour de son cou. Elle savait simplement que j'en ai une terrible envie.

On n'est pas bien tous ensemble?

Publié le mercredi 16 novembre 2005

http://www.banksy.co.uk/menu.html

Cassé

Publié le dimanche 13 novembre 2005

Je suis

Publié le lundi 7 novembre 2005

Je suis pour elle juste ce que ses autres amis ne sont pas pour elle. J'ai mal à mon égoïsme.

Victimes

Publié le dimanche 6 novembre 2005

Manifestations de mal-être, violences urbaines, guerre civile, j'entends toutes les analyses de ces gens qui comme moi ont eu la chance de faire des études et de savoir lire.

Nous sommes incapables de comprendre ce monde adjacent au notre où la seule éducation est la télévision volée. Alors y a t'il une raison dans ces déchainements de destructions? Non, aucune raison.

Peuvent-ils comprendre qu'en cassant, leurs voisins ne pourront pas aller travailler et gagner quelques sous pour acheter les biens volés de la cité? Peuvent-ils comprendre qu'ils détruisent les quelques biens que la République a bien voulu leur donner en échange d'une tranquilité de court terme? Peuvent-ils comprendre que le vrai gagnant, c'est Le Pen et autres extrêmes?

Non. Nous, les adultes comme nos parents, sommes tous responsables. D'avoir accepter des politiques trop laxistes, de refuser l'engagement dans la vie de nos communes, de ne pas embaucher d'étrangers dans nos entreprises, etc...

Et maintenant, faut assumer.

Une photo de toi

Publié le dimanche 6 novembre 2005

Alors que peu à peu nos chemins se séparent, que les yeux d'Isabelle indiquent une autre direction, que restera t'il de notre histoire une fois notre intérêt commun rompu.

Un jour, je lui ai posé cette question:
<<Offre moi une photo de toi, une photo que tu aimes, pour la garder toujours avec moi.>>

Elle n'a vu que le coté voyeur de ma demande. J'aurais voulu rajouter:

<<Ce peut être un portrait, une partie de ton corps, de ta peau. Mais avec le temps, je resterai figé à cette seconde de ta vie. Je ne pourrais m'en servir pour te reconnaitre.

Offre moi une image de ta vie. Un éclat que tu aimes, pour le garder toujours en moi.

Ce peut être un instant, un souffle, une étincelle. Avec le temps, je saurais reconnaitre ce don, ta sensibilité, la générosité de ton regard.

Bien plus d'une photo de toi, je voudrais une photo de toi.>>

Pensée de tous les jours

Publié le dimanche 6 novembre 2005

" Quand on veut, on peut "

Je te veux, je peux ???

...

Sacrée Soda :)


Parse error: syntax error, unexpected T_DNUMBER, expecting ')' in /mnt/104/sda/4/f/anxieux/dotclear/ecrire/tools/bbclone/var/access.php on line 1881