L'anxieux

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Google
 

En fait ...

Publié le vendredi 29 décembre 2006

Un anxieux, c'est quelqu'un qui ne peut pas profiter pleinement des moments de la vie précédents le problème suivant.

C'est ma définition.

Avec le temps

Publié le mercredi 27 décembre 2006

Avec le temps...
avec le temps, va, tout s'en va
on oublie le visage et l'on oublie la voix
le cœur, quand ça bat plus, c'est pas la peine d'aller
chercher plus loin, faut laisser faire et c'est très bien

avec le temps...
avec le temps, va, tout s'en va
l'autre qu'on adorait, qu'on cherchait sous la pluie
l'autre qu'on devinait au détour d'un regard
entre les mots, entre les lignes et sous le fard
d'un serment maquillé qui s'en va faire sa nuit
avec le temps tout s'évanouit

avec le temps...
avec le temps, va, tout s'en va
mêm' les plus chouett's souv'nirs ça t'as un' de ces gueules
à la gal'rie j'farfouille dans les rayons d'la mort
le samedi soir quand la tendresse s'en va tout' seule

avec le temps...
avec le temps, va, tout s'en va
l'autre à qui l'on croyait pour un rhume, pour un rien
l'autre à qui l'on donnait du vent et des bijoux
pour qui l'on eût vendu son âme pour quelques sous
devant quoi l'on s'traînait comme traînent les chiens
avec le temps, va, tout va bien

avec le temps...
avec le temps, va, tout s'en va
on oublie les passions et l'on oublie les voix
qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens
ne rentre pas trop tard, surtout ne prends pas froid

avec le temps...
avec le temps, va, tout s'en va
et l'on se sent blanchi comme un cheval fourbu
et l'on se sent glacé dans un lit de hasard
et l'on se sent tout seul peut-être mais peinard
et l'on se sent floué par les années perdues- alors vraiment
avec le temps on n'aime plus

Léo Ferré

A personne

Publié le samedi 23 décembre 2006

Gentillesse

Publié le samedi 16 décembre 2006

Il est amusant de noter que la politesse, la gentillesse, sont considérées comme des marques de faiblesse dans notre société de l’absolue efficacité. Il y a l’idée étrange que le respect s’obtient par la crainte, que le harcèlement est le mode de management le plus efficace, qu’il faut presser le citron pour en sortir le jus. La politesse serait l’arme des faibles et l’agression celle des forts. C’est une pure perversion de notre organisation sociale, et l’attaque est la défense de ceux qui ne se sentent pas à la hauteur.

Finalement, être gentil, cela fait du bien. Parce que distribuer des sourires et des phrases gentilles, non seulement ne coûte rien, mais en plus fortifie. Parce que provoquer un reflux d’adrénaline chez son interlocuteur est la manière la plus efficace de garantir une certaine forme de paix sociale. Parce que cela permet aussi de résister concrètement à l’emprise d’un mode de vie délétère fondé sur la compétition la plus sauvage. Car plus l'esprit est apaisé et celui des autres autour de soi, et mieux l'organisme fonctionne. Et un organisme qui fonctionne bien, sans stress, sans tension, peut abriter une pensée fluide, efficace et claire. Penser par nous-mêmes. Nous respecter les uns les autres. Ne plus avoir peur. Nous parler. Nous comprendre.

Voici un autre avis (pdf): La gentillesse, une forme de compétence à réajuster selon les situations

Lueur

Publié le samedi 16 décembre 2006

Lueur d'espoir
Lueur de la revoir
Lueur d'un seul soir

Bouh

Publié le lundi 4 décembre 2006

Bouh! Que j'ai l'amour triste ...