L'anxieux

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Google
 

Murat en concert

Publié le samedi 25 novembre 2006

C'était génial.

Grand, beau, mûr, avec un jean droit et ses bottes en cuir clair, il avait l'attitude country romantique au coin de feu. La salle intimiste s'y prêtait bien. Une voix profonde et bien posée. Et quand il s'est lancé dans un solo de guitare, j'en ai pris plein les oreilles. Vraiment une bonne soirée.

En voici une photo ratée.

La trentaine ...

Publié le dimanche 19 novembre 2006

La trentaine, bientôt la quarantaine, une grande période de vie où on est réellement responsable de ce qui nous arrive. Beaucoup de bonheur, de découvertes, de fantasmes réalisés, de rencontres marquantes. Beaucoup de peurs, aussi. J’ai fait, je fais des conneries. Pleins. Avec un certain enthousiasme, même ! Quelles unes sans conséquences, d’autres que je vais encore payer longtemps encore.

La reprise d’entreprise en difficulté met fin à mes ambitions de gamin d’être un chef d’entreprise. J’ai beaucoup appris, sur les hommes, la politique, l’argent, l’aventure sans filet. C’était génial. Aujourd’hui, seul face aux gens, mes créanciers qui relancent sans cesse, ma famille qui ressent juste que cela va mal finir et les autres frileux qui savent juste me dire de ne pas aller trop loin. Je fais face, attendant celui ou celle qui me dira juste de vivre intensément cette expérience de vie et de me battre le plus longtemps possible. Donc, je me bats seul, chercher un actionnaire, un partenariat ou prendre la décision de tout arrêter.

Sur dix ans, j’en aurais vécu discrètement six avec Isabelle. Aujourd’hui, il ne reste rien. Je suis amoureux d’une boite vocale, qui un temps, me disait « Sois patient. Attends » et qui ne me dit plus rien, maintenant. Et c’est tout.

Malgré tout, je suis fier de moi, je vois l’avenir en adulte expérimenté et responsable. J’appréhende mon nouvel emploi comme un projet avec un début et une fin. Je bâti mon poste en déléguant chaque mission remplie avec la ferme ambition de ne laisser aucune trace de mon passage dans cette entreprise. Je cherche le dynamisme de ma carrière et à valoriser mes expériences dans les opportunités laissées par les soixante-huitards, un peu comme un mercenaire.

En prenant mon pouls ce matin au réveil (et avant tout exercice amoureux ;) ), j’étais content de mes 55 pulsations-minute. Ma machine fonctionne encore bien, entretenue et équilibrée pour résister encore un temps, à un très fort stress permanent. Et ce dimanche pluvieux est propice à faire le point sur sa vie !

Mode d'emploi

Publié le samedi 18 novembre 2006

Madonna et Gorillaz aux Grammy Awards

Publié le samedi 18 novembre 2006

La politique markéting

Publié le samedi 18 novembre 2006

Pays de brouillard

Publié le samedi 18 novembre 2006

Mes souvenirs d'Elle

Publié le vendredi 17 novembre 2006

La thérapie du pardon

Publié le vendredi 17 novembre 2006

Il est parfois difficile de faire son deuil de trahisons, d'échecs, de blessures passées. J'avais entendu parler de la thérapie du pardon. Voici un extrait d'une interview du Dr. Robert Enright, psychologue, a fondé en 1994, un Institut international du pardon, pour mettre en oeuvre des années de recherches sur la pratique du pardon. L'article est ici

Quelle est l’efficacité du pardon en tant que thérapie ?

Dr. Enright : Elle est très variable. Certains groupes de recherche obtiennent d’excellents résultats scientifiques avec la thérapie du pardon, d’autres non.

(...)

Il faut du temps pour pardonner une injustice profonde. Les structures insistent trop souvent sur une thérapie « brève » qui ne donne pas au patient suffisamment de temps pour faire le cheminement thérapeutique douloureux du pardon.

(...)

Lorsque nous avons comparé le groupe expérimental qui bénéficiait d’une thérapie de pardon avec un groupe qui n’en bénéficiait pas, nous avons constaté que dans le premier groupe, l’angoisse et la dépression avaient été réduites de manière significative. Lorsque le deuxième groupe a suivi la thérapie du pardon à son tour, les symptômes d’angoisse et de dépression ont également nettement diminué.

(...)

Quelles sont les étapes d’une guérison à travers le pardon ?

Dr. Enright : Une autre raison du succès observé avec la thérapie du pardon est le principe de laisser la personne suivre son propre cheminement de pardon. (...)

L’essentiel de ce cheminement se traduit ainsi : tout d’abord la personne doit reconnaitre qu’elle a été traitée injustement, elle doit reconnaitre humblement qu’elle a été émotionnellement blessée et qu’elle est réellement furieuse.

Ensuite, si elle souhaite entreprendre une thérapie du pardon, elle doit comprendre ce qu’est le pardon et ce qu’il n’est pas. Par exemple, lorsqu’une personne pardonne à une autre, elle n’est pas en train de tolérer, excuser ou oublier le tort qui lui a été fait. Les deux personnes peuvent se réconcilier mais pas nécessairement.

Pardonner signifie réduire son ressentiment et faire croitre sa bienveillance et son amour envers une personne qui a été injuste. Ceci est un choix individuel, un acte de volonté. Se réconcilier signifie que les deux personnes reviennent ensemble et retrouvent une confiance mutuelle. Mais pour cela la coopération des deux parties est nécessaire. On peut pardonner l’offense tout en restant méfiant.

Nous recommandons ensuite que la personne s’engage dans ce que le Dr. Fitzgibbons appelle le « pardon cognitif ». Il s’agit de pensées et d’affirmations de pardon envers la personne qui a été injuste. Ce pardon cognitif peut se faire intérieurement, sans s’adresser à la personne qui est à l’origine de l’offense.

(...)

Après le pardon cognitif vient le pardon émotionnel : la personne s’ouvre à la compassion et à l’amour envers celui qui l’a blessée. Ceci est difficile et peut prendre du temps. Certaines personnes ne sont pas prêtes pour cette démarche et il faut les respecter.

(...)

Au-delà du pardon émotionnel, il y a la tâche difficile de « porter le poids de la souffrance » due à ce qui s’est passé. Celui qui pardonne ne peut pas revenir en arrière et effacer le mal mais il peut, désormais, prendre la décision courageuse d’accepter la souffrance et d’être un canal pour le bien à l’égard de celui qui a offensé.

(...)

NDRL: J'ai volontairement retiré de cet extrait tout rapport à des cas particuliers et les notions religieuses

C'est dingue

Publié le mercredi 15 novembre 2006

Moins j'écris ici, plus les statistiques augmentent ! Bienvenue pour les plus de 300 personnes qui passent par là chaque jour.

Les 20 premiers Mots-clés pour venir ici : sexe 27.64% pinguin 8.66% amour 2.38% rose .82% buée 1.61% free 1.53% sur 1.23% mots 1.23% partir 1.08% mains 1.03% embrasser 0.99% holden 0.90% enrhumé 0.88% cosmonaute 0.86% s'embrasser 0.86% baiser 0.85% infidele 0.84% fleur 0.79% cartes 0.78% confiance 0.75%

I miss you

Publié le dimanche 5 novembre 2006

Explosion en vol

Publié le dimanche 5 novembre 2006

Lorsque je sens que tout va exploser en vol, comme en ce moment, je pense à cette phrase de Coluche:

"Si un jour tu te sens inutile et déprimé, souviens-toi : un jour tu étais le spermatozoïde le plus rapide de tous."

...

Mi-ange mi-démon

Publié le vendredi 3 novembre 2006

D'autres superbes images

« On ne sait jamais au juste chez les femmes où cesse l'ange et où commence le démon. »

Heinrich Heine