L'anxieux

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Google
 

Elle est à croquer

Publié le vendredi 29 septembre 2006

Il fait noir

Publié le vendredi 29 septembre 2006

Il fait noir dans les oubliettes. Pas un geste, un mot juste pour rien. Pas un message posté durant les nuits d'insomnie. Le vide, le noir. Rien. Condamner à garder seul notre complicité. Marquer ma bonne conduite par le silence du hors la loi. Ma fierté d’être son ami, d’être toujours là était une libération de mes peurs. Libération conditionnelle. Le jugement est tombé avec le silence. Lourd.

Il fait noir dans les oubliettes.

...

Publié le jeudi 28 septembre 2006

Ne pas ...

Publié le mercredi 27 septembre 2006

Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ... Ne pas téléphoner, pas non plus de sms, ne pas écrire ...

Non, non, non ...

... J'ai juste envoyé deux petites lettres ...

Elle a (mis) des fils barbelés autour de ses vacances ... tout autour de sa vie.

Doisneau Amour et barbelés, l'amour sous l'Occupation, jardin des Tuileries, Paris, 1944

Ou allons-nous?

Publié le mardi 19 septembre 2006

Chappatte

La revoir ... peut-être ...

Publié le dimanche 17 septembre 2006

Mise à jour du 18/09/2006: Pffffffffff, raté encore. Signé: Le Kleenex à terre

Ca trotte

Publié le samedi 16 septembre 2006

Qu'il est difficile de s'exprimer. Comment convertir ce qui trotte en permanence dans la tête en mots? Comment se faire comprendre sans maladresse ou lourdeur? Comment lui dire que je l'aime tous les jours avec des mots simples, des mots de tous les jours? Comment l'accompagner comme elle le rêve? Que suis-je vraiment pour elle? Le serais-je toujours?

L'ai-je déçu?

EXPANSIONS

Ah! je vous aime! Je vous aime!
vous entendez? Je suis fou de vous. Je suis fou...
Je dis des mots, toujours les mêmes...
Mais je vous aime, je vous aime!...
Je vous aime, comprenez-vous?

Vous riez? J'ai l'air stupide?
Mais comment faire alors pour que tu saches bien,
pour que tu sentes bien? Ce qu'on dit, c'est si vide!
Je cherche, je cherche un moyen...
Ce n'est pas vrai que les baisers peuvent suffire.

Quelque chose m'étouffe, ici, comme un sanglot.
J'ai besoin d'exprimer, d'expliquer, de traduire.
On ne sent tout à fait que ce qu'on a su dire.
On vit plus ou moins a travers des mots.
J'ai besoin de mots, d'analyses.

Il faut, il faut que je te dise...
Il faut que tu saches, mais quoi!
Si je savais trouver des choses de poète.
en dirais-je plus - réponds-moi-
que lorsque je te tiens ainsi, petite tête,
et que cent fois et mille fois

je te répète éperdument et te répète :
Toi! Toi! Toi! Toi!...

Paul GERALDY (Toi et Moi)

Je suis furieux

Publié le samedi 16 septembre 2006

Le moindre grain de sable, le moindre décalage horaire et tout est parterre. Je suis écoeuré. On aurait pu passé une petite soirée sympa, tranquille et voilà un rendez-vous décalé et voilà le poids des kilomètres.

J'ai mal.

Isabelle (Aznavour)

Publié le jeudi 14 septembre 2006

Depuis longtemps mon cœur
Etait à la retraite
Et ne pensait jamais
Devoir se réveiller
Mais au son de ta voix
J'ai relevé la tête
Et l'amour m'a repris
Avant que d'y penser

Isabelle Isabelle Isabelle Isabelle
Isabelle Isabelle Isabelle mon amour

Comme on passe le doigt
Entre l'arbre et l'écorce
L'amour s'est infiltré
S'est glissé sous ma peau
Avec tant d'insistance
Et avec tant de force
Que je n'ai plus depuis
Ni calme ni repos

Isabelle Isabelle Isabelle Isabelle
Isabelle Isabelle Isabelle mon amour

Les heures près de toi
Fuient comme des secondes
Les journées loin de toi
Ressemblent à des années
Qui donnent à mon amour
Un goût de fin du monde
Elles troublent mon corps
Autant que ma pensée

Isabelle Isabelle Isabelle Isabelle
Isabelle Isabelle Isabelle mon amour

Tu vis dans la lumière
Et moi dans les coins sombres
Car tu te meurs de vivre
Et je me meurs d'amour
Je me contenterais
De caresser ton ombre
Si tu voulais m'offrir
Ton destin pour toujours

Isabelle Isabelle Isabelle Isabelle
Isabelle Isabelle Isabelle mon amour

Rayon de soleil en Ecosse

Publié le samedi 9 septembre 2006

LE LOCH TORRINDON

Génial !!!

Publié le samedi 9 septembre 2006

La ou je t'emmenerai

Publié le dimanche 3 septembre 2006


Florent Pagny - La ou je t'emmenerai

Mon étincelle me manque

Publié le vendredi 1 septembre 2006

LA QUETE >> Jacques BREL

Rêver un impossible rêve
Porter le chagrin des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir où personne ne part

Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer, même trop, même mal,
Tenter, sans force et sans armure,
D'atteindre l'inaccessible étoile

Telle est ma quête,
Suivre l'étoile
Peu m'importent mes chances
Peu m'importe le temps
Ou ma désespérance
Et puis lutter toujours
Sans questions ni repos
Se damner
Pour l'or d'un mot d'amour
Je ne sais si je serai ce héros
Mais mon coeur serait tranquille
Et les villes s'éclabousseraient de bleu
Parce qu'un malheureux

Brûle encore, bien qu'ayant tout brûlé
Brûle encore, même trop, même mal
Pour atteindre à s'en écarteler
Pour atteindre l'inaccessible étoile.


Parse error: syntax error, unexpected T_DNUMBER, expecting ')' in /mnt/104/sda/4/f/anxieux/dotclear/ecrire/tools/bbclone/var/access.php on line 1881