L'anxieux

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Google
 

Définition

Publié le dimanche 20 novembre 2005

D'après le dictionnaire:

Soirée d'un jeudi

Publié le samedi 19 novembre 2005

J'ai passé une soirée merveilleuse avec Isabelle.

Je n'avais d'yeux que pour elle. Elle était superbe, sereine. Elle vivait devant moi, avec moi. Non, ce n'était pas un rêve. Je me suis pincé. Nous avons ris, nous nous sommes souris, regardés au fond des yeux.

Pour ne pas briser ce moment féerique, aucun "je t'aime", pas de main sur la sienne, pas de bras autour de son cou. Elle savait simplement que j'en ai une terrible envie.

On n'est pas bien tous ensemble?

Publié le mercredi 16 novembre 2005

http://www.banksy.co.uk/menu.html

Cassé

Publié le dimanche 13 novembre 2005

Je suis

Publié le lundi 7 novembre 2005

Je suis pour elle juste ce que ses autres amis ne sont pas pour elle. J'ai mal à mon égoïsme.

Victimes

Publié le dimanche 6 novembre 2005

Manifestations de mal-être, violences urbaines, guerre civile, j'entends toutes les analyses de ces gens qui comme moi ont eu la chance de faire des études et de savoir lire.

Nous sommes incapables de comprendre ce monde adjacent au notre où la seule éducation est la télévision volée. Alors y a t'il une raison dans ces déchainements de destructions? Non, aucune raison.

Peuvent-ils comprendre qu'en cassant, leurs voisins ne pourront pas aller travailler et gagner quelques sous pour acheter les biens volés de la cité? Peuvent-ils comprendre qu'ils détruisent les quelques biens que la République a bien voulu leur donner en échange d'une tranquilité de court terme? Peuvent-ils comprendre que le vrai gagnant, c'est Le Pen et autres extrêmes?

Non. Nous, les adultes comme nos parents, sommes tous responsables. D'avoir accepter des politiques trop laxistes, de refuser l'engagement dans la vie de nos communes, de ne pas embaucher d'étrangers dans nos entreprises, etc...

Et maintenant, faut assumer.

Une photo de toi

Publié le dimanche 6 novembre 2005

Alors que peu à peu nos chemins se séparent, que les yeux d'Isabelle indiquent une autre direction, que restera t'il de notre histoire une fois notre intérêt commun rompu.

Un jour, je lui ai posé cette question:
<<Offre moi une photo de toi, une photo que tu aimes, pour la garder toujours avec moi.>>

Elle n'a vu que le coté voyeur de ma demande. J'aurais voulu rajouter:

<<Ce peut être un portrait, une partie de ton corps, de ta peau. Mais avec le temps, je resterai figé à cette seconde de ta vie. Je ne pourrais m'en servir pour te reconnaitre.

Offre moi une image de ta vie. Un éclat que tu aimes, pour le garder toujours en moi.

Ce peut être un instant, un souffle, une étincelle. Avec le temps, je saurais reconnaitre ce don, ta sensibilité, la générosité de ton regard.

Bien plus d'une photo de toi, je voudrais une photo de toi.>>

Pensée de tous les jours

Publié le dimanche 6 novembre 2005

" Quand on veut, on peut "

Je te veux, je peux ???

...

Sacrée Soda :)

Lu quelque part

Publié le samedi 5 novembre 2005

Pour ne pas risquer de souffrir il faudrait ne pas aimer ...
Mais alors on souffrirait toute sa vie de ne pas aimer ...
Il vaut mieux prendre le risque d'aimer et risquer d'en souffrir ...
Que souffrir de ne pas aimer et ne pas etre aimé, car on risque d'en mourir...

Une lettre parmi tant d'autres

Publié le samedi 5 novembre 2005

Ma chère Isabelle,





Une petite pause et t'avouer encore mon amour pour toi. Même si la page se tourne peu à peu, même s'il ne nous reste plus que la considération professionnelle, je me sens bien avec toi.



Dans les plus beaux de mes rêves, tu es présente. Lorsque j'ai envie de sourire, je pense à toi.



Je me souviens de tes sourires et de tes regards tendres. Je regrette la douceur de tes mains, le confort de ton cou. J'ai envie de ta silhouette toublante. Je m'envivre avec bonheur de ta vie, de ta voix.



Dans le brouillard de mes doutes, si tu en as envie, tu peux y distinguer une réelle volonté de partager du temps avec toi.

...

La morale de cette histoire

Publié le mardi 1 novembre 2005

C'est sans doute un grand avantage,
D'avoir de l'esprit, du courage,
De la naissance, du bon sens,
Et d'autres semblables talents,
Qu'on reçoit du Ciel en partage;
Mais vous aurez beau les avoir,
Pour votre avancement ce seront choses vaines,
Si vous n'avez, pour les faire valoir,
Ou des parrains ou des marraines.

Morale de Cendrillon ou la petite pantoufle de verre