L'anxieux

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Google
 

1 2 >

Logos Google

Publié le dimanche 31 octobre 2004

Plaisir simple

Publié le jeudi 28 octobre 2004

Le plaisir simple d'un moment, proche de toi, seule.
Le silence complice d'un regard profond, brillant.
Du bonheur simple pour qu'il dure longtemps, surement.
Une seconde où tout s'inverse, du noir au blanc.
Mon amie, je t'aime, simplement, merci.

JF

Je broie du noir

Publié le mardi 26 octobre 2004

Je n'allais pas lui dire que j'avais mal de ne plus la voir. Et entendre sa réponse fataliste: "On ne peut pas aller plus loin ensemble".
Je voulais faire des voyages ensemble, avoir des activités communes, prendre des risques ensemble, braver nos interdits, être amoureux, en somme. Ne pas avoir qu'un coté pratique.
Ca me bouffe le moral, ça m'agace, c'est un mauvais moment à passer, un vide à combler, une nouvelle vie.

Et puis qu'est-elle capable de faire pour moi, pour me donner le sourire ? ...

JF

Baptème

Publié le samedi 23 octobre 2004

Week-end baptème du second: Réunion des familles (puisqu'elles n'ont jamais réussie à ne faire qu'une). Ces réunions sont des moments rares dans une année et heureusement d'ailleurs. C'est un exploit dans la résistance morale pour supporter les discussions à l'emporte-pièces sur les problèmes du monde et de la famille des autres. Bien-sûr, on se garde bien de décrier sa propre famille.

Il y a eu quelques plaisirs aussi:
- Le décolleté de la cousine par alliance.
- Les retrouvailles avec mon petit frère.
- Un très bon champagne conseillé par ma caviste.
- Le super beau temps.
- La bonne humeur dans l'église.

Tout n'est pas négatif, mais à ne pas trop renouveler quand-même.

JF

Tort ou raison ? (Devos)

Publié le jeudi 21 octobre 2004

On ne sait jamais qui a raison ou qui a tort. C'est difficile de juger. Moi, j'ai longtemps donné raison à tout le monde. Jusqu'au jour où je me suis aperçu que la plupart des gens à qui je donnais raison avaient tort ! Donc, j'avais raison ! Par conséquent, j'avait tort ! Tort de donner raison à des gens qui avaient le tort de croire qu'ils avaient raison. C'est-à-dire que moi qui n'avais pas tort, je n'avais aucune raison de ne pas donner tort à des gens qui prétendaient avoir raison, alors qu'ils avaient tort ! J'ai raison, non ? Puisqu'ils avaient tort ! Et sans raison, encore ! Là, j'insiste, parce que ... moi aussi, il arrive que j'aie tort. Mais quand j'ai tort, j'ai mes raisons, que je ne donne pas. Ce serait reconnaître mes tort !!! J'ai raison, non ? Remarquez ... il m'arrive aussi de donner raison à des gens qui ont raison aussi. Mais, là encore, c'est un tort. C'est comme si je donnais tort à des gens qui ont tort. Il n'y a pas de raison ! En résumé, je crois qu'on a toujours tort d'essayer d'avoir raison devant des gens qui ont toutes les bonnes raisons de croire qu'ils n'ont pas tort !

Transparence

Publié le mercredi 20 octobre 2004

Magnifique photo qui fait penser à la beauté, la fragilité des sentiments.

Choix difficile

Publié le mardi 19 octobre 2004

Difficile de choisir entre:

- Liberté et vie à deux
- Connu et inconnu
- Présent et avenir
- Confort et re-départ
- Amants et mari
- Solitude et partage
- Raison et tort

Courage, Isabelle, le plus dur est de faire le pas.

JF

Une autre vie

Publié le lundi 18 octobre 2004

J'ai rêvé d'un autre monde
Comme dit la chanson
Où tout est possible
De confiance et de vérité
Où nous ne devons rien à l'autre
De respect et d'amour

J'ai rêvé d'un cauchemar
Où tu m'inventes des histoires
Avec silence et ignorance
Où tu navigues entre les mensonges
Avec de savants dosages
De conquêtes et d'amants

JF

Emotions

Publié le dimanche 17 octobre 2004

samedi 16 octobre 2004, 7h54

Raison et émotion, le cerveau humain en conflit perpétuel

WASHINGTON (AFP) - Le cerveau humain est en conflit perpétuel avec lui-même entre son centre de l'émotion qui recherche la satisfaction immédiate et celui de la raison privilégiant des objectifs à long terme, selon une étude publiée dans le revue américaine Science datée de vendredi.

Des chercheurs de quatre universités dont Harvard et Carnegie Mellon, ont découvert que deux zones du cerveau semblent être en concurrence pour contrôler le comportement d'une personne évaluant une décision entre satisfactions immédiates et objectifs lointains.

Cette étude s'inscrit dans le cadre de la discipline émergente de la "neuroéconomie" qui étudie les processus mentaux et neurologiques derrière les décisions micro-économiques comme celles de consommer, d'épargner ou d'investir.

"Cette recherche comme celles que nous avons déjà faites illustre le fait que nous agissons rarement d'un seul élan de l'esprit", a expliqué Jonathan Cohen, un professeur à l'Université de Pittsburgh (Pennsylvanie, nord-est).

"Nous avons différents systèmes neurologiques qui entrent en action pour résoudre plusieurs types de problèmes et notre comportement est dicté par la concurrence ou la coopération entre eux", a-t-il poursuivi.

Ces scientifiques ont plus particulièrement examiné le le choix économique et le fait que les consommateurs agissent le plus souvent irrationnellement face à un choix à très court terme mais de façon raisonnée quand il s'agit de trancher sur le long terme.

C'est ainsi que des personnes à qui on offre dix dollars aujourd'hui ou onze dollars demain, choisissent le plus souvent la première option. En revanche, placées devant le choix d'avoir dix dollars dans un an ou 11 dollars dans un an et un jour, ces mêmes personnes retiennent la deuxième option.

Ces chercheurs ont soumis un groupe d'étudiants de l'Université de Princeton à un test similaire tout en observant leur cerveau avec un système d'imagerie par résonance magnétique qui permet d'observer l'intensité de l'activité dans les différentes zones cérébrales en mesurant les flux sanguins.

L'expérience a montré que les décisions portant sur la possibilité de gain immédiat activait fortement les seules parties du cerveau associées aux émotions.

En revanche, toute décision concernant des choix à plus long terme, activait des zones cérébrales associées avec le raisonnement abstrait, ont constaté les scientifiques.

En outre, quand les sujets avaient la possibilité d'obtenir un gain immédiat mais choisissait l'option à long terme, la région cérébrale du raisonnement était beaucoup plus active que celle des émotions. Mais quand ils optaient pour la satisfaction immédiate, ces deux zones du cerveau montraient un degré d'activité comparable avec une intensité un peu plus forte dans la zone de l'émotion.

http://fr.news.yahoo.com/041016/202/43om6.html

Soirée entre collaborateurs

Publié le samedi 16 octobre 2004

Un licenciement est toujours un moment difficile et un constat d'échec pour les deux parties. Néanmoins, hier soir, nous avons fêté le départ d’un collaborateur que j’ai moi-même licencié. L'adaptation à la culture d'entreprise n'a pas eu lieu au delà de sa valeur humaine apprécié de tout mon service. Donc, nous avons voulu marquer le coup positivement.

Présents également des amis. Parmis ces derniers, une personne se décrivant comme profitant de la vie et extrêmement tolérante, se plaignant des clivages des sociétés.

Au cours de la soirée, elle m'apostrophe et me nargue sur ma façon d'être (De naturel réservé et professionnellement strict). Je me prends au jeu et nous rentrons en discussion sur nos vies respectives. Je suis surpris alors d'écouter un jugement très négatif de ma vie avec beaucoup d'a-priori sans entendre mes explications.

Comme quoi, la tolérance vaut mieux d'être vantée; elle mérite d'être vécu pour se comprendre.

JF

Merci

Publié le samedi 16 octobre 2004

Merci Sandrine

JF

Définitions

Publié le samedi 9 octobre 2004

Silence:
Je connais tes réponses, mais j'ai mal de ton silence ...

Acquis:
Tu m'as choisi, je t'ai aimé
Tu doutes, je crois en toi
Tu veux de l'affection, je suis collant
Tu as peur de moi, je t'ai perdu ma libellule

Originalité:
Les pieds pris dans un bloc de ciment,
Gesticulant, le pitre mime, cré, promet la couleur
Pour toi, merveilleuse dame.
Mais, j'ai les pieds pris dans le ciment des conventions ternes.

Tendresse:
Un ruisseau aux eaux douceues et gouteuses.
Partagées à hauteur de tes envies.
Jeudi, j'y ai trop puisé jusqu'à t'en épuiser la source.
Je suis assoiffé de toi.

JF

Que c'est triste l'amour quand on aime

Publié le vendredi 8 octobre 2004

Que c'est triste l'amour quand on aime,
Quand on aime et que l'autre s'en va,
Qu'elles sont longues les nuits qui reviennent,
Qui reviennent quand tu n'es plus là
Que c'est triste l'amour quand on aime,
Quand on aime et que l'autre s'en va

Tu m'as fait des milliers de promesses,
Et j'aurai des milliers de chagrins
Oubliées les soirées de tendresse,
Envolés les plaisirs du matin
Tu m'as fait des milliers de promesses,
Et j'aurai des millions de chagrins

Les poupées ont parfois de la peine
Quand elles sont le jouet de l'amour,
Et pourtant, mon amour, que je t'aime,
Malgré tout, je t'aimerai toujours
Que c'est triste la vie quand on aime
Et qu'on est le jouet de l'amour

Que c'est triste la vie quand on aime
Et qu'on est le jouet de l'amour

Nana Mouskouri

Appel au secours

Publié le mercredi 6 octobre 2004

Notre relation change. J'ai l'impression qu'Isabelle accepte ma tendresse, mon amour pour elle, qu'elle me fait enfin confiance: Mardi matin, elle m'avait mis un message nocturne pour me confier son ennui de la vie. Son inquiètude sur l'absense de mes SMS dont une quinzaine était coincée chez Orange. Elle en avait besoin, là, maintenant.
Un appel à l'aide qui m'a beaucoup troublé. Je suis là pour elle et j'espère le rester longtemps.
Demain soir, nous allons dans un grand restaurant gastronomique, pour être ensemble. Elle sait qu'elle me fait plaisir.

JF

Anniversaire de mariage

Publié le dimanche 3 octobre 2004

Six ans de mariage aujourd'hui. Une vie de couple, en pointillé, en fait. Avec beaucoup de liberté. Parfois de la solitude à deux. Drôle de vie où l'amour-raison est plus solide que l'amour-passion.
J'y crois encore, l'herbe n'est pas plus verte ailleurs, un peu comme une habitude qui ne peut pas se perdre.

L'autre amour, l'amour-passion, c'est fait pour rêver, c'est fait pour faire mal, aussi. Très mal. Je mets tous mes sentiments dans cette histoire, pour une femme trop merveilleuse pour moi. C'est une expérience qui va vite finir, dommage, j'ai misé sur les sentiments et non le plaisir des corps. Ce choix fait peur car il engage.
J'ai mal.

JF