mardi 4 mai 2004, 18h04

L'UFC dénonce le prix des SMS et appelle au boycottage

Par Jean-Baptiste Vey

  PhotoPARIS (Reuters) - L'UFC-Que Choisir a appelé mardi au boycottage national des SMS, le dimanche 9 mai prochain, pour protester contre leur prix jugé "exorbitant".

Selon une étude de l'association de consommateurs, un SMS coûte en moyenne 13 centimes d'euros, ce qui permettrait aux opérateurs d'engranger une marge de 80% sur chaque message.

L'étude montre que le prix de revient d'un SMS pour l'opérateur est de 2,2 centimes d'euro, et l'UFC estime à 4 ou 5 centimes d'euro le "niveau normal" de prix du SMS.

"Les trois opérateurs sont en situation d'abus de position dominante collective et le préjudice pour le consommateur est considérable", a indiqué à Reuters Alain Bazot, président de l'UFC, lors d'un entretien téléphonique.

Selon lui, les revenus du SMS sont une "ponction sur le budget des ménages qui résulte d'une infraction".

L'association a saisi le Conseil de la concurrence en novembre 2003 sur le terrain de l'abus de position dominante collective et attend sa décision pour le début de l'année 2005.

La campagne de l'UFC avait alors fait grand bruit. Lors de ses voeux, en janvier dernier, le Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, avait à son tour demandé une baisse du prix des SMS.

"Comme il n'y a absolument pas eu de baisse significative depuis novembre, nous appelons aujourd'hui les consommateurs à boycotter les SMS le 9 mai prochain", a expliqué Alain Bazot.

De son côté, Orange a balayé une nouvelle fois les accusations de l'UFC.

La suite ici